Démographie de Sauto-Fetges au XIXe siècle : la mortalité infantile

a. Méthode et résultats

La mortalité infantile peut être définie par le nombre d’enfants décédés entre 0 et 1 an (D0) mis en relation avec le nombre de naissances vivantes dans un espace donné (Nt).  Le taux choisi est un taux conventionnel qui peut être présenté ainsi :

Source :« Analyse et modèles démographiques» par A.Avdeev, Université Paris Sorbonne,INED

Ce taux résulte d’un calcul un peu grossier qui tient compte en réalité pour partie des naissances de l’année N et des décès qui peuvent se produire dans l’année n+1. Cependant, ces éléments, compte tenu des données à notre disposition et des conditions de l’étude, sont une assez bonne indication et peuvent être considérés comme acceptables. 

  La mortalité infantile est un paramètre qui peut être associé aux conditions sanitaires, économiques, et d’instruction globale. Cependant, de nombreuses discussions ont eu lieu sur les liens de corrélation. Ce qui est certain, c’est que la mortalité infantile joue un role majeur dans l’évolution de la mortalité. Une baisse importante de la mortalité infantile a un impact massif sur la mortalité globale, sur l’âge moyen et l’âge médian au décès.

 Le travail sur la Mortalité infantile à Sauto – Fetges a été réalisé avec les étudiants suivants : Arnaud Szczerbinski, Gaudérique Plas, Etienne Boutet, Kimberly Wenck, Gillian Auvray, Bilal Bouakel, Luce Jeanne, Caroline Ricort.

Pour cela, il a fallu extraire des données depuis les registres de l’état-civil de la commune de Sauto. Ces registres nous on été mis à disposition par le biais des archives départementales des Pyrénées Orientales (ADPO) et sont disponibles sur l’application des archives numérisées des ADPO.

 Pour effectuer ce travail sur la mortalité infantile de Sauto entre 1807 et 1892, nous avons dû nous intéresser aux deux registres d’état-civil de la Commune de Sauto pour le XIXe siècle. Le premier qui regroupe les données de 1803 à 1852 (435 pages)1, et un second sur une période de 1853 à 1892 (512 pages)2. Ces deux registres ont été correctement numérisés, mais la qualité originale de l’état civil est de qualité moyenne : certaines pages sont difficiles à lire.

 Les conditions de rédaction de ces registres sont les suivantes : chaque année,l’officier d’état civil (souvent, le maire du village), a noté au fur et à mesure que l’année se découle, les naissances, lese mariages et les décès. A la fin de chaque année, un récapitulatif est réalisé. La mortalité infantile n’est pas une catégorie à proprement parlée qui apparaît dans le registre. C’est un questionnement qui est posé aujourd’hui par notre objectif. Le travail a été de relever les décès des enfants morts avant un an. C’est possible dans la mesure où les actes de décès prennent toujours le soin de noter l’âge et le moment du décès, ainsi que les personnes qui viennent le déclarer. 

Ainsi, pour étudier la mortalité infantile de Sauto entre 1807 et 1892, il faut directement regarder chaque acte rédigé par l’officier d’Etat-civil. Il faut alors trouver les actes de décès et regarder l’âge du décès de chaque personne concernée.  Le travail sur les données de la mortalité infantile a donc été réalisé par tous les groupes d’étudiants qui ont dépouillé les naissances et les décès pour chacune des périodes qui était sous leur responsabilité En effet, les étudiants ont été divisés en différents groupes,et chaque groupe se trouvait avec une période bien délimitée. Sur cette période qui lui été attribué, chaque groupe a alors subdivisé le travail entre les étudiants qui formait le groupe ; Chaque étudiant se retrouvant alors avec une partie de la période que son groupe s’était vu attribuer (en règle générale, chaque étudiant se retrouvait avec une période donnée de 3 ou de 4ans). Sur cette période qui lui était attribué, chaque étudiant devait alors rechercher, dans les archives numérisées, les données (pour chaque année) sur les naissances, les décès, les âges au décès et la mortalité infantile.  Les données réunies ci après doivent être interprétées au regard du fait que le dépouillement n’a pas distingué ce qui pouvait relever des enfants « morts nés » et des enfants morts après la naissance. Les éléments ne sont pas suffisamment précis, souvent, pour qu’on puisse préciser si nous sommes dans un cas ou dans l’autre, même si, parfois, certains décès portent la mention« mort né ». Ces derniers ont donc été intégrés dans les effectifs comptés ici.


Graphique 1. Evolution des décès entre 0 et 1 an au regard du nombre de naissances par année

Source : ADPO 9NUM2E3638_3642 et 3646

Graphique 2 : taux de mortalité infantile  1807-1892

Source : ADPO 9NUM2E3638_3642 et 3646


Graphique 3. Taux de mortalité infantile par moyenne décennale3

Source : ADPO 9NUM2E3638_3642 et 3646

b. Interprétations

Evolution.

La mortalité infantile est donc très fluctuante d’une année sur l’autre à Sauto Fetges. La tendance générale est cependant à la baisse. Deux pics de fortes mortalités apparaissent nettement sur les deux graphiques : la fin de la décennie 1810 et le début des années 1870.
La courbe subit aussi de nombreuses dépressions notables à travers des pics creux comme dans la périodicité de 1847 à 1850. Cette évolution correspond globalement à la tendance générale rencontrée en France. La mortalité infantile a en effet, à l’échelle nationale, commencé à des niveaux assez élevé, pour chuter plus particulièrement à son minimum dans les années 1840-1850. Contrairement aux attentes, la mortalité infantile a, en France, connu non pas une décroissance continue mais a augmenté à nouveau dans le second XIXe siècle. Cette recrudescence de la mortalité infantile a généralement été attribuée aux conditions de vie difficile liées aux transformations de l’urbanisation, aux difficultés rencontrées par les populations dans ces conditions nouvelles4. Enfin, la chute de la mortalité infantile est nette après la décennie 1880. C’est ce qui semble également se produire à Sauto Fetges.

Des valeurs très constrastées.

Si l’allure générale de l’évolution de la mortalité infantile est semblable à ce qui se passe dans le reste de la France, il faut relever néanmoins que les valeurs qu’elles soient lors des « pics » de mortalité ou lors des « creux » (y compris en intégrant les moyennes décennales du graphique 3) sont particulièrement hautes ou particulièrement basses. En effet, la mortalité infantile à l’échelle nationale est estimée à environ 200 pour mille au début du XIXe siècle. C’est une particularité, sans doute, de Sauto-Fetges car, généralement, la mortalité infantile dans les Pyrénées est considérée comme plutôt plus basse que la moyenne nationale5. Dans les années 1840 et 1850, le taux est plus bas que la moyenne nationale. Les années 1880 et 1890 sont une période au cours de la quelle la mortalité infantile est plus basse que la moyenne nationale. Néanmoins, comme ailleurs en France, le taux reste plus élevé que celui des années 1840.


  1. ADPO ;9NUM2E3638_3642 []
  2. ADPO ;9NUM2E3638_3646 []
  3. Attention : la première tranche ne dure que trois ans (1807-1809) et la dernière tranche ne dure que trois ans (1890-1892). La tendance générale a été calculée par la méthode des moyennes mobiles avec un ordre 2 []
  4. Meslé et Vallin 1989 []
  5. Etchelecou 1991 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.